EVS/AVS : compte-rendu d’audience : l’Etat ne doit pas rajouter 32 000 chômeurs le 30 juin.

, par udfo30

Le mercredi 27 mai, une délégation composée par :
Gilles Besson (secrétaire général de l’UD), Georges Carbonnell (secrétaire départemental de la FNEC-FP-FO), Pascal Gasquet (secrétaire départemental adjoint du SNUDI-FO), Qéjiou Lakdar (responsable de la FCPE), et trois EVS représentant leurs collègues a été reçue en préfecture.

Pendant l’audience qui a duré cinquante minutes, la délégation a exposé très concrètement en quoi ne pas renouveler les contrats actuels des EVS après le 30 juin était inacceptable :

  • inacceptable pour les EVS eux-mêmes qui au cours de leurs trois ans d’exercice ont acquis une qualification qu’il ne pourront mettre en œuvre nulle part ailleurs qu’à l’éducation nationale ;
  • inacceptable pour les autres personnels de l’éducation nationale qui ont formé sur le tas ces personnels et qui devraient recommencer à la rentrée avec de nouveaux personnels ;
  • inacceptable pour la vie des établissements scolaires car les missions exercées resteront, mais sans le personnel qualifié mis au chômage. La situation à la rentrée va être insupportable ;
  • inacceptable pour les parents d’élèves qui avaient noué des relations de confiance avec ces personnels ;
  • inacceptable pour les enfants, notamment les enfants handicapés qui vont se trouver privés brutalement du soutien et de la prise en charge par ces personnels avec qui ils avaient tissé des liens affectifs stabilisants ;
  • inacceptable du point de vue de l’intégration dans les classes des enfants handicapés qui se retrouveront livrés à eux-mêmes pendant plusieurs semaines au moins à partir de la rentrée :
  • inacceptable pour la société car l’État crée directement 32 000 chômeurs supplémentaires (400 pour le Gard) dès le 1er juillet dans une situation qui voit le chiffre du chômage exploser de mois en mois.

En conséquence, la délégation a demandé au représentant de l’État :
- qu’aucun EVS/AVS ne soit mis au chômage le 30 juin ;
- le renouvellement de tous les contrats ;
- et ensuite la transformation de tous les emplois précaires en emplois statutaires avec le salaire correspondant.

Le directeur de cabinet du préfet a été très sensible à chacun de ces arguments. Il nous a assuré qu’il les fera remonter auprès du gouvernement et il a pris en charge six dossiers personnels en indiquant qu’il nous en communiquerait le suivi dès que possible.

La FNEC-FP FO (Fédération Nationale de l’Enseignement, de la Culture et de la Formation Professionnelle Force ouvrière) appelle tous les EVS du département à faire remonter les dossiers personnels au syndicat FO. En effet, les cas précis sont d’une très grande importance pour faire aboutir l’ensemble des revendications collectives. La FNEC appelle tous les EVS à rester attentifs aux informations et éventuels mots d’ordre qu’elle pourrait leur communiquer.

Pour tous contacts, renseignements, adhésions ou dossiers : FNEC FP FO : 04 66 67 79 99

PS : La délégation nationale nous informe que le ministre de l’EN, M Darcos précise qu’il est normal de redistribuer les postes à d’autres personnes qui elles aussi ont besoin de travailler (sic) ; il serait donc normal aux yeux du gouvernement de partager la précarité au lieu de titulariser les personnels.