Retraites : Meeting animé par Michèle Biaggi secrétaire confédérale

, par udfo30

Michèle Biaggi secrétaire confédérale animera le Meeting du 27 mai à 18 H 00.
L’ordre du jour :

"D’ores et déjà, quelques indications par rapport au contexte créé par d’autres organisations syndicales :

- Chérèque (CFDT) a déjà indiqué qu’il est favorable à un allongement de la durée de cotisation (c’est-à-dire, en fait, à une baisse des retraites réellement perçues).
- Thibault (CGT) ne veut pas rompre avec Chérèque, avec lequel il a passé un accord sur la "représentativité". C’est pourquoi il se prononce "pour une réforme des retraites" à discuter avec le gouvernement, donnant sa caution à l’opération CFDT-SARKOZY.
- Coupré (Solidaires) et Groison (FSU) sont liés à la CGT par un accord conduisant à leur fusion à terme, c’est pourquoi ils bafouent leurs résolutions de congrès qui se rapprochent des nôtres.

Mais il ne serait pas responsable de notre part de considérer que "leur base" est prête à perdre ses retraites pour de sordides manœuvres d’appareil.

La position de notre confédération est insupportable pour eux et au contraire un appel d’air pour leurs syndiqués et beaucoup de leurs militants dans nos entreprises et administrations. Qu’est-ce que l’appel au 27 mai : "Pour toutes ces raisons et dans un cadre unitaire, les organisations syndicales CFDT, CGT, FSU, Solidaires, UNSA appellent les salariés, les retraités, les jeunes et les privés d’emploi à une journée nationale de mobilisation le jeudi 27 mai 2010 pour interpeller ensemble les pouvoirs publics, tous les employeurs et peser sur les choix à venir. Elles appellent l’ensemble de leurs organisations à se rencontrer pour décider, dans les entreprises et lieux de travail, d’actions unitaires de haut niveau donnant lieu à des grèves et des manifestations interprofessionnelles dans les territoires. Le 6 mai 2010 "

Les retraites sont noyées dans les autres questions. Il n’y a aucune revendication. Il n’y a pas d’appel à la grève pour bloquer le pays, chaque syndicat fait bien ce qu’il veut et surtout de façon décentralisée pour ne pas inquiéter le gouvernement, alors que c’est lui qui décide. Continuons à inviter nos homologues de la CGT, FSU et Solidaires à prendre position avec nous sur nos revendications et, pourquoi pas, à appeler avec nous, ou séparément à la grève le 15 juin.

Mais ne perdons pas de vue notre travail majeur : préparer la grève dans notre entreprise ou notre administration.