SOUFFRANCE AU TRAVAIL

, par valerie henri

"Ce sont les réorganisations incessantes qui sont responsables"

Dans une lettre au président de La Poste, J.-P. Bailly, les médecins de prévention dressent un constat accablant de l’impact des organisations de travail et des réorganisations permanentes à La Poste. Ces conséquences sont évidentes et dramatiques :
- taux d’absentéisme pour maladie qui atteint des seuils sans précédent,
- accidents du travail et maladies professionnelles en très forte augmentation,
- des suicides ou des tentatives de suicide […] liés à des situations de vie professionnelle, dans toutes les régions, dans tous les métiers,
- le mal-être touche tous les niveaux opérationnels de l’entreprise. Les agents et leurs encadrants traversent des réorganisations rapides et successives, ils sont confrontés à des injonctions contradictoires sans avoir de perspectives d’amélioration…
- La Poste crée des « inaptes » physiques et psychologiques… Le constat est clair et accablant. Depuis des mois, nous dénoncions la responsabilité directe de La Poste dans l’augmentation vertigineuse des situations de stress, de souffrance au travail, la non prise en compte des situations d’inaptitude, la course effrénée à toujours plus de productivité, toujours moins de moyens humains… Grande et belle « entreprise citoyenne », La Poste préfère la politique de la poudre aux yeux, la communication rassurante… et le licenciement des personnels inaptes ! Voilà la réalité ! Elle a refusé, jusqu’à maintenant, de prendre en compte les différentes alertes, que ce soit de la part des médecins, des assistantes sociales ou des organisations syndicales… Elle ne peut plus, aujourd’hui, faire la sourde oreille ! Il faut agir !

La réponse de La Poste : Ni coupable, ni responsable…

« Nous n’y sommes pour rien ! »

Par l’intermédiaire de sa Directrice de la prévention de la santé et de la sécurité au travail, La Poste conteste vivement ce rapport « très catégorique »… « Nos 300000 collaborateurs rencontrent les mêmes difficultés [que le reste de la population] : maladie, divorce, sida… » ! Encore, selon elle, « l’entreprise accomplit de nombreux efforts depuis 1995… : des actions de prévention des risques psychosociaux, l’accompagnement humain des projets, la fin du temps partiel imposé, la baisse de recours au CDD… » De nombreux efforts ? On a tous vu la façon dont notre employeur « accompagne » les réorganisations, « accompagne » vers la « sortie » les inaptes, les prétendus surnombres… La baisse du recours au CDD ? C’est pour nous : les heures supplémentaires bien souvent non rémunérées, les congés refusés, c’est la dégradation des conditions de vie et de travail, ce sont les pressions accrues… La Poste se moque de ses agents ! Aujourd’hui, il va être difficile de nier que la souffrance au travail est une réalité. Il va être difficile de nier que cela est directement dû aux conditions de travail aggravées, aux réorganisations incessantes, au manque chronique de personnel…

Maintenant, il faut que ça cesse !
- Arrêt des réorganisations !
- Renégociation des régimes de travail !
- Embauche du personnel nécessaire !